cap couture floue témoignages
Interviews

Oser le CAP couture floue

De la passion au CAP couture floue

Parfois on se lance un défi à soi-même et on le relève. C’est le cas de Nadine qui s’est lancée dans l’aventure du CAP couture floue. Je vous laisse découvrir son témoignage!

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Nadine, j’ai 41 ans et j’habite près de Rennes. J’ai debuté la couture en fin d’année 2017, je crois que c’est après avoir vu quelques épisodes de cousu main qui passait sur la M6 que tout s’est déclenché. J’ai acheté une machine à coudre alors que peu de temps avant je m’entendais dire à une copine qui voulait me prêter la sienne “moi la couture jamais de la vie”, résultat des comptes c’est une lubie qui s’est transformée en une véritable passion.

Pour quelles raisons as-tu décidé de passer ton CAP ?

Encore une fois sur un coup de tête, l’idée était déjà présente mais tout s’est précipité quand j’ai acheté le livre d’Artesane et Rêve à soie “passez votre cap couture”. J’adore les livres de couture et je l’avais acheté dans l’optique d’apprendre de nouvelles techniques et progresser.

Quand j’ai commencé à faire le 1er modèle je me suis dit que je n’aurais jamais le courage de refaire tout le programme de ce livre si je m’inscrivais quelques années plus tard, voilà comment je me suis inscrite au CAP sur un coup de folie. J’avais décidé de tenir ce projet secret mais j’avais envie de partager mon enthousiasme et l’expérience de la préparation sur mon compte instagram Callyz_

Quel était ton niveau de couture avant de passer le CAP ?

Ça faisait juste 2 ans que je cousais quand je me suis inscrite donc environ 3 ans quand j’ai passé le CAP. J’avais déjà testé pas mal de vêtements rien ne me faisais peur (blouse, sweat, pantalon, short, robe, blouson…) même si tout n’était pas réussi bien évidemment. J’aimais le fait de connaître de nouvelles techniques et de coudre quelque chose que je n’avais pas encore réalisé.

Comment t’es-tu préparé ? As-tu suivi un programme spécifique ?

Je me suis préparée seule sans cours ni en présentiel ni numérique. J’ai suivi le programme du livre “passez votre cap couture” pour avoir un cadre et ne pas trop m’éparpiller et j’ai complété avec d’autres ouvrages que je possédais déjà ou dont j’ai fait l’acquisition en cours d’année.

Je dirais que pour le PSE un livre récapitulatif type PrépaCAP suffit.

Pour l’EP1 “la technologie du vêtement” est assez complet et dépasse même ce qui est demandé au CAP en ce qui concerne les tissus, le matériel, l’histoire de la mode.

J’avoue que j’ai délaissé un peu le modélisme, à tort je me disais que les modifications que je réalisais sur les modèles que je cousais suffirait mais au vu de ma note je crois que ce n’était pas le cas.

Pour le dessin de style, n’ayant jamais réussi à transmettre ce que j’imaginais sur le papier j’ai mis de côté cette partie du CAP.

Pour l’EP2 les 4 tomes “détails de la mode à la loupe” sont assez intéressants et permettent de faire des pièces d’étude sans devoir coudre tout un vêtement ce qui fait gagner un peu de temps.

Combien de temps as-tu consacré à l’apprentissage et aux révisions ?

C’est difficile de quantifier le temps passé, j’ai cousu tous les modèles du livre passez votre cap couture et j’essayais d’intégrer une technique du programme dans mes coutures plaisir pour ne pas culpabiliser de ne pas “travailler” sur le CAP.

Je cousais dès que j’avais le temps mais comme ça reste ma passion ce n’était pas un calvaire.

Pour les livres théoriques et la réalisation de mes fiches de révisions par sujet (technique, tissus, matériel, patronnage, dessin de style) j’ai remplacé tout mes temps de lecture par cette activité.

Maintenant que j’y pense c’est vraiment chronophage et si on ne le fait pas pour le plaisir d’apprendre et de progresser ou pour un objectif professionnel ça devient difficile de trouver du temps pour s’y consacrer.

Peux-tu décrire le déroulement des épreuves ?

Le PSE, une heure d’épreuve pour se remettre dans le bain des examens rien de très compliqué.

L’EP1, cette fois-ci on rentre dans le vif du sujet, c’est parti pour 3h. Quelques questions succinctes sur les tissus, le matériel et l’histoire de la mode, un dessin de style à réaliser sur une silhouette en respectant les consignes données dans le sujet et le plus gros morceau le modélisme. Pour celui-ci des règles, un pistolet, du papier blanc et du calque sont mis à notre disposition, il s’agit alors de mettre en oeuvre les modifications demandées dans le sujet sur un patron fourni.

L’EP2, une piqueuse plate est attribuée à chaque candidat, il faudra partager 2 postes de repassage et 2 surjeteuses pour l’ensemble de la classe mais tout se déroule très bien du fait que tout le monde avance à un rythme différent. Le sujet est distribué avec la matière d’oeuvre et nous voilà prêt à découper le patron papier, le placer sur le tissu, faire vérifier le droit fil par les examinateurs et s’en suit la découpe du tissu. Passer quelques minutes à se familiariser avec la machine à coudre n’est pas une perte de temps comme on peut avoir l’impression sur le moment. La partie couture débute et normalement le véritable instant de plaisir commence. Cette épreuve malgré sa longueur 2 fois 8h passe à une vitesse incroyable.

Quelles ont été les plus grosses difficultés rencontrées ?

Lors de l’EP1 je me suis rendue compte que je n’avais pas assez de méthodologie pour le modélisme dû au fait que je n’ai pris aucun cours et je crois qu’il aurait été judicieux d’avoir les conseils d’un professionnel.

Pour l’Ep2 c’est la piqueuse plate qui n’a pas été ma copine, j’étais assez confiante pourtant, ayant un semi-industrielle Juki à la maison, mais la prise en main et le “domptage” de la bête n’a pas été facile.

Je trouve comme excuse qu’il s’agissait à mon goût de matériel un peu passé, l’enfilage n’avait qu’un bloc tension et il fallait passé par une tige supérieure pour l’enfilage (je n’explique pas très bien), pas de coupe-fil il fallait à chaque fois récupérer le fil de canette avec l’aiguille bref je joue ma snobe en étant trop habituée à une machine plus moderne certainement.

La pédale hyper sensible n’a pas joué en ma faveur mais là pour le coup c’est sans doute de ma faute, je couds en chaussettes à la maison, et, à l’examen avec des chaussures ça change la sensibilité de la pression sur la pédale.

As-tu obtenu ton CAP ?

J’ai obtenu mon CAP avec ce léger goût amer de ne pas avoir montré ce que je savais faire en couture et la précision dont je suis capable à la maison (note de 16 qui n’est pas médiocre mais j’aurais voulu avoir plus) et le manque de préparation en modélisme qui m’a valu un 10 pour l’EP1.

Quels sont tes projets pour la suite ?

Si sur un malentendu une offre d’emploi me tente dans ce domaine et que je suis retenue ce serait top mais je passais essentiellement ce CAP pour le plaisir et peut-être pour prouver aux personnes qui m’entourent que je sais coudre et pas seulement des ourlets.

Le mot de la fin

Je voulais juste rajouter que l’expérience du CAP est vraiment chouette. Mon niveau de couture a évolué d’un coup surtout lorsqu’il s’agit de la précision et des finitions.

Je n’aborde plus du tout les projets de la même manière, j’ai appris à anticiper les difficultés et à ne pas tomber dans les erreurs de “débutant” enfin je fais toujours des boulettes parfois.

J’ai pu discuter virtuellement avec d’autres personnes qui passaient également les épreuves et c’est vraiment sympa de partager autour de sa passion, je n’ai pas d’ami qui soit aussi passionné de couture, mes connaissances s’intéressent un peu mais c’est totalement différent.

Merci beaucoup pour ta participation Nadine, je te souhaite une bonne continuation!

cap couture floue mmvf

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

N’oublie pas de télécharger ton ebook gratuit “Les 10 commandements de la couturière”

Ce livret regroupe des templates, astuces et informations pour coudre sereinement…